Aujourd’hui nous recevons Artrade pour une thématique orienté NFT et tout cela en français.
Notre invité sera
@pwartrade .

DeFi for Science :
Pouvez-vous nous parler de Artrade, son équipe et ses origines svp?

Weibel Paul:
Je suis Paul, entrepreneur, j’ai 34 ans et j’habite dans le sud de la France, je suis d’Aix en Provence plus précisément.
J’ai quitté un poste de président d’une PME familiale de 40 salariés l’an dernier pour me lancer dans l’aventure des NFT !

Lorque j’ai assisté à l’explosion des NFTs, je me suis immédiatement dit qu’il y avait là une hybridation à réaliser entre marketplace NFT et réseau social
J’ai tout de suite vue la possibilité de créer le Instagram des NFT et c’est sur cette base qu’Artrade est né.

Nous sommes aujourd’hui 12 personnes à travailler sur le projet, en freelance pour le moment à l’exception de Gilles qui m’a rejoint en soutien CEO du projet car il a une forte expérience en développement de startup.

DeFi for Science :
De nombreux projets ont fait le pari de créer un réseau social intégrant des NFT. Qu’est ce qui vous différencie des autres ?

Weibel Paul:
Je pense que certains projets ont en effet engagé ce pari, mais l’approche n’est pas la bonne à mon sens.
Notre logique est de créer un pont entre les réseaux Insta et Twitter vers le monde des NFT grâce à Artrade.
Aussi notre design et nos interfaces sont rassurantes pour les utilisateurs mainstream, qui n’ont pas à connaître la crypto ni même à avoir un wallet pour rejoindre l’application et commencer à acheter / créer / vendre / partager / exposer des NFT.
Je pense que certains ont essayés, d’autres essaieront, mais la bonne formule et le bon design est difficle à réaliser, nous pensons qu’Artrade répond à toutes les attentes sur tous ces sujets
Aussi nous avons un plan marketing bien précis pour atteindre la sphère mainstream avec la possiblité de réaliser des ventes au profit d’associations au sein de notre plateforme afin d’enroler les célébrités.

DeFi for Science :
Des célébrités ? tu peux nous en dire plus ?

Weibel Paul:
Oui les célébrités ont pour la plupart des associations pour lesquelles elles oeuvres. Nous commençons à les démarcher pour qu’elles réalisent des #NftsForCharities sur notre app

Par exemple, David Guetta fait souvent des actions pour les restau du coeur, nous n’exluons pas qu’il puisse un jour créer des morceaux sous forme de NFT au profit d’oeuvres caritatifs
nous n’avons pas de noms à divulguer à ce jour, mais nous commençons à démarcher en ce sens.
Ceci n’est qu’un des aspects de notre stratégie pour atteindre la sphère mainstream
Nous sommes en discussion également avec des marques de luxes pour des séries limitées vendus certifiés par des NFT, etc.
Les champs d’application sont vastes!

DeFi for Science :
Ca c’est certain, le marché débute tout juste !

Weibel Paul:
Oui mais pèse déjà 10 milliards à l’heure où on se parle 🙂

DeFi for Science :
A propos de la technologie (on est là pour ça aussi), pourquoi avoir choisi Immutable ?

Weibel Paul:
C’est très simple, immutable X est le premier layer 2 ethereum dédié aux NFTs, ce choix s’est donc imposé à nous.
Sur Artrade, les gens n’auront pas plus de frein à minter un NFT qu’à faire un post sur instagram.
Aussi Immutable vient de lever $70M.

DeFi for Science :
Cela signifie t’il qu’il faudra dépenser de l’ETH pour réaliser des transactions sur Artrade ?

Weibel Paul:
Pas nécessairement, nous avons la possiblité d’accepter d’autres modes de paiements, que ce soit en crypto et en fiat, notamment avec des outils comme Stripes & des bridge protocol.
Nous envisageons d’accepter ETH / BNB / USDT et bien sûr notre token ATR ! En revanche, les ventes aux enchères seront exlusivement réservées au crypto 🙂

DeFi for Science :
L’adoption de la crypto, chez Stripe, est récente.

Weibel Paul:
Il y en a d’autres comme moonpay
Les progrés sont tellement rapide dans cet univers !

DeFi for Science :
A propos des données personnelles, est ce que vous les revendez à des annonceurs ? Comment vous financez-vous ?

Weibel Paul:
Notre business model est calqué sur le leader : Opensea
soit une commission de 2,5% sur les ventes
Ce modèle économique implique de réaliser du volume, ce qui est notre ambition
Aussi, notre ICO (Initial Coin Offering) devrait nous permettre de mettre en place une stratégie dominate & monetize : des frais de 0,5% en année 1, puis 0,75% en année 2 avant de rejoindre les 2,5% en année 3.
Le but est d’attirer les vendeurs par les prix, une stratégie de pénétration du marché classique mais éprouvée

DeFi for Science :
Cela rejoint la question sur les données perso. L’ICO nécessite un kyc, n’est ce pas ?

Weibel Paul:
Oui tout à fait, l’ICO nécessite un process AML (Anti money Laundering) bien rigoureux
Nous utilisons la solution largement éprouvée SYNAPS pour les KYC et Scorechain pour tracer la provance des fonds afin d’être totalement compliant
Dans notre application, l’identification des users se fera par la connexion avec leurs comptes insta / twitter afin de garantir l’authenticité des artistes / créateurs.
Par ailleurs, il n’est pas demandé aux plateformes NFT de faire passer des KYC aux users, pour l’instant.

DeFi for Science :
Donc si je résume, il y aura comme création de valeur pour ArTrade :

- un Fiat Ramp (accés à la crypto avec de l’€)
- diverses cryptos
- une marketplace NFT
- un réseau social
- un systeme d’encheres

Am i right ?

Weibel Paul:
Oui, mais bien plus encore, il manque pas mal de choses là, notamment la possiblité de créer un NFT directement depuis la camera de sont smartphone, fonctionnalité qui fait l’objet d’un dépôt de brevet FR , en cours,
dans un premier temps qui nous donne une primeur d’un an à l’international dans tous les cas

Voilà pour nos quelques avantages concurentiels
Un petit schéma vaut mieux qu’un long discours !

DeFi for Science :
A propos de l‘ICO’, quelles sont les conditions pour y participer ?

Weibel Paul:
il suffit de se rendre sur notre site www.artrade.app
de se rendre sur “acheter token” puis de compléter le formulaire d’inscription et de passer un rapide KYC (ID + Facescan)

ensuite il faut envoyer les fonds en crypto ou en virement, puis nous envoyons les ATR sur le dashboard, en attendant de les envoyer réellement sur le wallet du contributeur en fin d’ICO

Il ne faut pas faire partie de la liste des pays exclus comme exposés dans notre whitepaper.

DeFi for Science :
Peux tu nous en dire plus sur les “rounds” ?

Weibel Paul:

Le round 1 continue jusqu’au 15 décembre, puis on enchaine round 2 et 3, un mois chacun, l’ICO devrait donc se terminer début 2022
le round 1 offre un prix du token 2 fois inférieur au round 3, soit 0,02$
tout est précisément décrit dans notre whitepaper 🙂
Nous avons à ce jour levé $580,000 incluant la private sale.

DeFi for Science :
A quel horizon de temps pourra-t-on avoir une App fonctionnelle sur Android et/ou iOs ?

Weibel Paul:
D’après notre plan, nous devrions pouvoir sortir une V1 après l’ICO, soit en mars 2022 . Nous démarrons le développement en cours de round 1 lorsqu’un premier palier à $800K sera atteint.
L’équation est simple : au plus nous levons rapidement des fonds, au plus l’app arrivera vite ! 🙂

Toutes les informations clés sont https://linktr.ee/Artrade.app

Revivez le débat avec le public en cliquant ici

BSC for Science est une communauté Scientifique de BSCFrance. Nous parlons des projets les plus récents ou risqués de la Binance Smart Chain.

BSC for Science est une communauté Scientifique de BSCFrance. Nous parlons des projets les plus récents ou risqués de la Binance Smart Chain.